Témoignage TB Marketing partenaire d’Evolua Formation

Dans le contexte de la crise sanitaire de la COVID-19, nos apprenants et nos entreprises partenaires connaissent un bouleversement dans leurs activités professionnelles.

Il nous tient à cœur d’entretenir et de conserver le lien relationnel avec nos apprentis et nos entreprises partenaires au quotidien car le bien être des l’ensemble de nos collaborateurs est une valeur fondamentale d’Evolua Formation.

Nous avons notamment échangé avec TB Marketing, une entreprise partenaire spécialisée dans l’organisation d’événements, de séminaires pour les entreprises, les associations et les collectivités.

Présente en Normandie depuis 2001 et créée par Thomas Bracqbien, TB Marketing rayonne notamment sur l’événementiel et la régie commerciale de festival, comme les Papillons de nuit, la nuit de l’Erdre, puis la Normandy Chanel Race, le BasketBall avec l’USO Mondeville, l’Hauteville Summer Festival et bien d’autres.  

 

Aujourd’hui TB Marketing est partenaire d’Evolua Formation et accueille Marine Nourry depuis son Bachelor Marketing Vente l’année dernière et pour les deux années à venir pour son Mastère Manager en Stratégie et Développement d’Entreprise, en qualité d’Assistante chef de projet. Et cette année l’effectif s’est renforcé avec l’arrivée de Grégoire Perrier dans le cadre de son Bachelor Marketing Vente chez Evolua Formation, en tant que Responsable régie commerciale de l’USO Mondeville. 

L'équipe TB Marketing témoigne

Thomas Bracqbien - Fondateur de TB Marketing et Chef de projet
Marine Nourry - Assistant chef de projet - Mastère Manager en Stratégie et Développement d'Entreprise - Promo 2020
Grégoire Perrier Responsable régie commerciale Basket USO Mondeville - Bachelor Marketing Vente - Promo 2020

Ils témoignent :

Avec ce nouveau confinement, vous avez réussi à conserver votre activité ? Et sous quelle forme ? (En entreprise, en télétravail, les deux)

Thomas Bracqbien :

« L’activité principale de la société est fortement réduite, les séminaires et événements d’entreprises ne pouvant avoir lieu. Nous essayons de garder le contact avec les clients afin qu’ils reportent à une date ultérieure. Nous avons donc mis en place le télétravail. »

Marine Nourry :

« Le télétravail est malheureusement de retour, ce nouveau confinement empêche le bon déroulement de notre activité principale qui est la création d’événements, malgré tout, nous essayons de garder un maximum de contacts avec nos clients. »

Grégoire Perrier :

« Au vue de la situation sanitaire actuelle, je suis en chômage partiel, étant sur une branche de l’entreprise qui concerne la régie commerciale de l’équipe professionnelle de l’USO Mondeville, il est compliqué de continuer à travailler bien que l’équipe sportive continue à jouer à huis clos. Cela devrait se débloquer à partir de début décembre où 3 matchs vont s’enchainer à domicile entre le 5 et le 19 décembre. »

Quelles stratégies votre entreprise a -t-elle mises en place en vue de ces nouvelles mesures gouvernementales et ce deuxième confinement ?
Votre secteur d’activité et un secteur fortement impacté, comment vous adaptez-vous ?

Thomas Bracqbien :

« Nous avons renforcé nos outils de communication au travers des réseaux grâce au travail de Marine notamment. Nous réfléchissons à des adaptations sur les moyens et longs termes pour innover dans nos propositions aux clients. Enfin, la seule activité encore opérationnelle est notre partie fournitures de textiles promotionnels et vêtements de travail. Donc, nous effectuons un travail de relance et d’offres sur ce secteur pour nous développer. »

Marine Nourry :

« Nous avons dû renforcer notre communication, qui a été mon nouveau projet pendant le confinement. J’ai essayé d’apporter le plus possible d’idées nouvelles, et surtout de travailler sur des projets futurs pour continuer d’imaginer demain malgré la crise. »

Grégoire Perrier

« L’entreprise tente de s’adapter le plus possible pour continuer à fonctionner, on essaie de faire évoluer certains domaines de l’entreprise comme le textile pro par exemple, comme les branches majeures de l’entreprise que sont la régie commerciale de festival et l’évènementielle d’entreprise sont impossibles à mettre en place en ce moment. »

Vos missions au sein de l’entreprise changent-elles avec le confinement ? Si oui ? De quelles façons ? 

Thomas Bracqbien :

« Globalement non, mais il faut surtout encore plus anticiper le fonctionnement de l’entreprise et soutenir les salariés afin qu’ils conservent une motivation au travail malgré le contexte. »

Marine Nourry :

« Oui et non, j’ai toujours travaillé sur la communication de l’entreprise, mais pas autant. Nous devons nous adapter à la situation et renforcer cette dernière, j’ai donc dû réfléchir à un plan de communication pour les prochains mois, pour nous projeter sur ce point. »

Grégoire Perrier :

« Certes la charge de travail est moins importante, mais cela permet de se mettre à jour sur des dossiers sur lesquels on n’a pas forcément le temps de s’occuper en temps normal. Néanmoins il faut trouver d’autres solutions pour s’adapter aux réglementations, et pouvoir continuer à faire suivre les matchs auprès de nos partenaires et du public. Il est nécessaire de toujours chercher de nouvelles idées pour pouvoir repartir du bon pied et faire évoluer certaines choses quand la situation aura évolué. »

Et vous, comment vous êtes-vous adapté à ce re-confinement ? Au niveau professionnel et dans votre vie de tous les jours ?

Thomas Bracqbien :

« Sur le plan logistique, ce re confinement ne change pas grand-chose pour moi, je continue de venir au bureau ! Ce qui est le plus pénible, ce sont les incertitudes sur l’avenir et le timing de fin de cette sortie de crise. En temps normal cela n’est déjà pas simple d’avoir un minimum de visibilité sur l’avenir mais là c’est amplifier par cette crise sanitaire. »

Marine Nourry :

« Tout d’abord, j’ai appris de mes erreurs du premier confinement et j’ai dit adieu à mon 23m2 pour trouver une belle maison de campagne pour le mois.

 

Au niveau professionnel, j’ai essayé de me projeter malgré tout dans le futur avec des projets qui continue de me motiver, c’est une période difficile il faut rester positif au maximum ! En règle générale, je me suis bien adaptée au nouveau confinement ! »

Grégoire Perrier :

« C’est un gros changement de plus venir au bureau tous les jours pour travailler, j’espère que la situation va se décoincer au plus vite pour pouvoir reprendre le travail normalement. Mais cela me permet de mon côté de mettre à jour des dossiers, d’en faire des nouveaux, beaucoup de choses qu’on n’a pas forcément le temps de faire en temps normal et qui vont permettre de voir plus clair lorsqu’on va reprendre. J’essaie de trouver des idées pour pouvoir mettre en place de nouvelles choses ou en faire évoluer certaines. »

Les cours se dispensent maintenant en distanciel, comment vous y adaptez-vous ?

Marine Nourry :

« Les cours en distanciel ce n’est pas évident de rester concentrée devant son ordinateur pendant 4 heures ce n’est pas un exercice facile, mais j’ai la chance d’avoir une classe où l’entraide et la cohésion sont très présentes pour ne pas se laisser dépasser. »

Grégoire Perrier

« C’est la partie la plus difficile du confinement je pense ! Même si l’ensemble des professeurs formateurs que nous avons cette année en Marketing Vente font leur maximum pour nous mettre dans les meilleures dispositions possibles pour les cours, il est toujours plus difficile de suivre les cours en distanciel, de trouver la concentration nécessaire et ne pas décrocher un moment sur les blocs de 4h de cours. Mais comme la situation nous y oblige il faut bien se motiver à être concentrés pour avoir le diplôme à la fin de l’année ! »

Quelles sont selon-vous les éléments importants à mettre en place pour s’adapter au mieux aussi bien au travail que pendant les cours selon vous ?

Marine Nourry :

« Avoir un vrai espace de travail dédié, ne pas travailler de son lit, ou assis dans son canapé, ça permet de créer des espaces bien distincts. Garder un espace propre et rangé, cela permet de se sentir bien chez soi et ne pas être dérangé par des choses extérieures. Et surtout éviter les distractions, même si on le sait, c’est très compliqué ! »

Grégoire Perrier :

« Il faut bien s’organiser que ce soit pour le travail ou pour les cours, je pense que c’est l’élément le plus important pour s’adapter au mieux à la situation actuelle. »

En ce qui concerne le lien avec le centre de formation et l’équipe d’Evolua Formation, pouvez-vous nous parler de vos ressentis ?

Marine Nourry :

« Le lien entre nous et le centre de formation est de qualité, Isabelle Maros notre responsable de filière nous demande très souvent des nouvelles et reste très soucieuse de notre réussite. Kafing, notre responsable pédagogique qui est également très réactive et présente au quotidien, je me sens très soutenu par la pédagogie du centre. Pour ce qui est des formateurs, l’exercice des cours à distance est aussi pour eux très compliqué mais ils restent mobilisés et très impliqués dans nos cours et dans le souci de notre réussite. De plus, la communication sur les réseaux sociaux est régulière, ce qui fait que l’on garde toujours un contact avec Evolua et elle est très variée ce qui est très agréable. »

Grégoire Perrier

« Pendant le confinement nous sommes constamment en contact avec Kafing qui nous suit sur toute la partie cours à distance et résolutions des problèmes (connexions etc) et Isabelle nous suit sur la partie entreprise et veille à ce que nous n’ayons pas de soucis dû à la période actuelle, dans nos entreprises respectives. Le lien avec l’école est assez bien établi avec la présence d’Evolua sur les réseaux sociaux, de Kafing et d’Isabelle qui se rendent disponibles pour que tout se déroule le mieux possible. »

Laisser un commentaire